Gagarinland50 ANS DÉJÀ ! Le 12 avril 1961, Youri Gagarine devenait le premier homme à voyager dans l’espace, propulsant la Russie en tête de la conquête spatiale. On célèbre cet anniversaire exceptionnel avec aujourd’hui la mise sur orbite en Vidéo en Poche de Gagarinland, réalisé par Vladimir Kozlov : plus qu’un portrait de Gagarine, ce documentaire insolite et touchant dresse avec humour le portrait d’une Russie déboussolée par sa plongée brutale dans le capitalisme, et qui tente de se raccrocher aux icônes de l’ex-URSS.

À Gagarine, petite ville de la Russie profonde, quelques oripeaux d’une splendeur soviétique passée subsistent dans les rues, sur les murs et dans les cœurs des personnages que Vladimir Kozlov a filmés dans ce documentaire. Parfois, l’histoire semble s’être arrêtée. La ville fut baptisée Gagarine à la mémoire du plus célèbre de ses enfants : Youri Gagarine. Tout à Gagarine rappelle le souvenir l’homme qui transforma un pays ruiné au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en une « super-puissance » rivalisant avec les États-Unis. « Que les Américains nous dépassent maintenant ! »
Tamara Filatova, nièce de Gagarine, est intarissable sur le sujet. Elle dirige fièrement un musée construit en l’honneur de son oncle, et passe ses journées à conter la légendaire histoire du premier vol dans l’espace. Anatoly Fedotov, chanteur extravagant et professeur retraité, vit au milieu d’innombrables reliques de Gagarine - portraits, sculptures, boîtes d’allumettes - qu’il a accumulées avec le temps. Toute la ville semble nourrir cette vénération, jusqu’à une ligne de sous vêtements « Gagarine » créée par la manufacture textile locale. L’association des Enfants de Gagarine, elle, fait prêter serment à ses petites têtes blondes : « Nous jurons d’aimer notre patrie, et de rester fidèles à la mémoire de Gagarine. » Les autorités ont même échafaudé le projet fou de construire un complexe géant du nom de Cosmosland - une sorte de Disneyland à la sauce Gagarine. Des milliards de dollars sont en jeu…

Le culte que vouent ces personnages attachants et extravagants à l’égard de Youri Gagrine est inébranlable. Et derrière la satire se dessine le portrait désillusionné d’une Russie qui se construit sur les ruines d’un passé composite, fait de héros cosmiques et d’icônes religieuses baignées de vapeurs d’encens.

France - 2010 - 1h26 - VOSTF - 1,54Go résolution HD 720p (1280X720)