Jours-de-peche-en-Patagonie.jpg(Dias de pesca) Écrit et réalisé par Carlos Sorin.

C’est un film tout en douceur et en retenue, un film de non-dits qui n’utilise les mots que pour exprimer ce qui n’est pas essentiel – l’important passe par le silence, ou par le regard –, un film qui ne la ramène pas, qui va son petit bonhomme de chemin. On reconnaît bien là l’art et la manière de Carlos Sorin, cinéaste argentin dont le titre du deuxième film sonnait comme un manifeste : Historias minimas, et qui connut un réel succès avec son savoureux Bombon el perro. Ne cherchez pas ici le bruit et la fureur, l’exaltation et la démesure, vous seriez déçus. Non, vous aurez ici la petite musique discrète – puisqu’on parle de petite musique, celle qu’a composée Nicolas Sorin pour le film est délicieuse – des vies ordinaires, des sentiments qui le sont sans doute aussi. De la délicatesse et du charme, de la chaleur humaine et un humour léger qui surgit quand on ne l’attend pas. Pas la grande extase mais un petit plaisir, c’est déjà beaucoup.

Marco à la fin de son trajet vers Puerto Deseado, en Patagonie. Il fait une pause repas dans un estaminet au bord de la route et c’est au cours du dialogue hésitant qu’il noue avec un improbable entraîneur de boxe qu’on apprend quelques détails sur lui : il a la cinquantaine un brin fatiguée, il est représentant de commerce, il se remet à peine de ce qu’on appelle pudiquement « un problème avec l’alcool » et il a voyagé de Buenos Aires à la Patagonie pour s’essayer à… la pêche au requin. On découvrira que l’objectif pittoresque et anodin de venir taquiner le squale en cache un autre qui l’est beaucoup moins (anodin et pittoresque) : Marco espère bien renouer avec sa grande fille, qu’il n’a pas vue depuis longtemps, qui s’est mariée et a même eu un enfant qu’il ne connaît pas… On ne saura pas ce qui s’est passé exactement dans la famille mais il y a des reproches et de la rancœur dans l’air, les retrouvailles coincées avec Ana en apporteront la preuve.

Au-delà de ce rapprochement familial, c’est une sorte de nouveau départ qu’est venu chercher Marco dans les immensités presque abstraites de la Patagonie : un territoire vierge pour oublier le passé, ce qui lui a échappé, ce qu’il a raté sans doute assez lamentablement. Carlos Sorin suggère tout ça par des petites scènes qui n’ont pas l’air d’y toucher, qui n’insistent jamais, qui passent à autre chose dès que les sentiments, les émotions pèsent trop : une mélodie italienne chantée doucement par Marco viendra alléger l’atmosphère lors de la première rencontre avec sa fille… Et puis il y a ces rencontres avec ces personnages un peu décalés, comme l’entraîneur de boxe du début du film, qui apportent respiration, humour et un brin de distance amusée à la quête de Marco : le patron de l’hôtel aux petits soins, le guide de pêche et son employé, qui exercent leur activité sous l’enseigne hollywoodienne « Patagonian Shark » et qui vont devoir faire preuve d’un flegme et d’une patience infinis pour essayer d’initier un Marco résolument terrien à la pêche au gros…

Argentine - 2012 - 1h16 - VOSTF - 1,02 Go résolution DVD - Memento Films - avec Alejandro Awada, Victoria Almeida, Oscar Ayala, Diego Caballero, Daniel Keller, Martin Galindez…