Seconde-mere.jpg

Écrit et réalisé par Anna Muylaert.

Un film formidablement attachant, terriblement humain, qui vous charme grâce à son style fluide, léger, enjoué… Au bord d’une piscine bien proprette semble cheminer une caravane de jouets luxueux. Un bébé chien pataud gambade au milieu. Une femme à la peau mate s’occupe d’un môme aux cheveux sombres. Elle le regarde avec toute l’attention, toute la tendresse d’une mère qu’elle n’est pourtant pas. On le devine à sa façon un peu gauche de refuser de venir nager avec l’enfant, à sa tenue vestimentaire qui ne cadre pas avec le standing de la propriété, à sa manière de rester « à sa place »… Autant de signes qui trahissent sa condition de domestique interchangeable, hormis, peut-être, dans le regard du garçonnet qui la considère comme une seconde mère. Celle constamment présente à ses côtés alors que ses parents officiels sont accaparés par leur vie trépidante. Rapidement, au détour d’un coup de fil, on comprend que cette dame a dû laisser sa propre fille au loin afin d’obtenir cette place. Ironie d’une société brésilienne où personne, par contrecoup, ne semble pouvoir élever son propre mioche, comme par un effet de perpétuel ricochet. C’est ainsi que démarre l’histoire de Val et du petit Fabinho, dans la haute bourgeoisie de Sao Paulo.

Scène suivante, Val descend les escaliers pour commencer son service et réveiller la maisonnée. Toujours aussi joviale et généreuse. Ses épaules se sont voutées sous le poids des années, son pas est devenu plus lourd : quelle merveilleuse actrice que Regina Casé ! Elle incarne Val au plus profond de sa chair. Ellipse d’une dizaine d’années donc : le chiot est devenu un robuste labrador, Fabinho a grandi, en même temps que sa complicité avec l’employée de maison. C’est à Val qu’il confie ses secrets, ses amours, ses angoisses. Elle qui le réconforte, le dorlote toujours comme un gros bébé qu’il est sous sa carapace de beau jeune homme nubile qui se désespère d’être encore puceau. Pour ses employeurs, Carlos et Barbara, Val fait presque partie de la famille. Mais c’est ce « presque » qui marque toute la différence. C’est comme un venin subtil qui s’insinue dans les mots policés, un agacement qui pointe sous les sourcils épilés de madame Barbara. Les dominants n’ont pas besoin de faire montre de force quand les dominés ont la servilité atavique. Val, corvéable à merci, anticipe chaque désir, avale sans même les nommer les humiliations ordinaires. Elle accepte tout de ceux qui sont devenus sont seul repère puisque, depuis longtemps, sa propre fille, Jessica, lassée d’attendre le retour d’une daronne fantôme, a cessé de répondre à ses appels…

Et puis c’est un véritable coup de théâtre intime qui se produit : Jessica téléphone à Val et lui demande de l’accueillir quelques temps ! Val frémit de joie et exulte quand ses patrons, avec la libéralité qui sied à leur rang, lui octroient la faveur d’héberger sa progéniture dans sa chambre de bonne. C’est une jeune fille pleine d’assurance qui débarque parmi eux, avec sa soif d’ascension sociale. Jessica, après avoir visité la maison cossue, la piscine tentatrice, est choquée par l’exiguité de la pièce où loge celle qu’elle ne parvient pas à appeler « maman ». Loin de se comporter comme une subalterne, comme « une citoyenne de seconde classe », sous l’œil médusé de sa mère, elle s’acclimate au foyer comme si les barrières sociales n’existaient pas. Les garçons de la maison en sont tout émoustillés, tandis qu’on sent la jalousie de Barbara croître ainsi que la pétoche et la honte de Val, de plus en plus déconcertée par la belle effrontée que rien ne semble impressionner. Comment pourrait-elle se douter que toute la détermination de Jessica repose sur un pesant secret ?

Brésil - 2014 - 1h52 - VOSTF - 2,32 Go résolution HD 720p (1280X720) - Memento Films - avec Regina Casé, Michel Joelsas, Camila Márdila, Karine Teles…