Monstre-a-mille-tetes.jpg

Un film de Rodrigo Pla (Prix du Public, Festival de Biarritz 2015).

Le « monstre à mille têtes », c’est le libéralisme sans frein et et ses conséquences, c’est le système kafkaïen qu’il met en place, c’est la nouvelle bureaucratie de l’argent qu’il instaure. Rodrigo Pla, comme dans l’excellent La Zona qui nous l’a révélé (disponible aussi en Vidéo en Poche), s’attaque bille en tête au monstre, et c’est aussi rageur que captivant. Rodrigo Pla et sa scénariste ont été inspirés par le documentaire canadien The Corporation, qui décrivait l’action criminelle des multinationales (en particulier les sociétés pharmaceutiques ou liées à la santé) contre l’intérêt des citoyens. La mise en scène remarquablement rythmée et tendue renforce le propos. Elle oppose la course effrénée de Sonia à la froideur aseptisée et inhumaine des locaux de la mutuelle, au luxe glacé des villas des différents dirigeants. Et cette froideur des lieux est bien sûr le reflet de celle des humains qui y travaillent, qui y vivent.

Le mari de Sonia n’en peut plus du cancer qui le ronge. Sonia décide de rendre visite au médecin-conseil de son assurance qui lui refuse un traitement, pourtant réputé efficace, et ne répond pas à ses appels. Bouleversée par cette nouvelle nuit d’angoisse, elle regroupe tous les éléments du dossier de son mari et prend par la même occasion, dans un geste trahissant son désespoir, une arme. Accompagnée de son fils, Sonia part donc au siège de la compagnie d’assurance… Avec Un monstre à mille têtes, le réalisateur mexicain Rodrigo Plá revient avec brio à ce qui avait fait le succès de son époustouflant premier film, La zona : le thriller social. Récit resserré, en tension permanente, Un monstre à mille têtes est une critique acerbe de la société mexicaine, mais c’est aussi un thriller d’une efficacité redoutable, tissant une toile scénaristique complexe et haletante, faite d’aller-retours entre l’histoire en elle-même et les témoignages de ses différents protagonistes. Mais ne pensez pas avoir affaire à une course-poursuite classique débouchant sur l’attendu affrontement final : le film sème en permanence le doute, renvoyant à l’opacité d’un système dans lequel Sonia essaie désespérément de trouver une solution. Il n’oublie jamais l’humanité de chacun de ses personnages et nous confirme, s’il en était besoin, le talent de Rodrigo Plá.

Mexique - 2015 - 1h12 - VOSTF - 1,08 Go résolution DVD - Memento Films - avec Jana Raluy, Sebastian Aguirre Boëda, Hugo Albores, Daniel Gimenez Cacho… Scénario de Laura Santullo.