This-is-my-land.jpg

Film documentaire de Tamara Erdre.

Tamara Erde est née en Israël, a longtemps cru aux valeurs patriotiques de son pays, a fait son service militaire comme toute jeune fille israélienne… Et puis elle est devenue cinéaste et, désormais parisienne d’adoption, elle a pris ses distances. Constatant les errances et les mensonges de la classe dirigeante du pays qu’elle a servi, elle a voulu comprendre ce qui, dans le système éducatif qui l’a formée, contribue à faire accepter par la majorité de ses concitoyens une politique gouvernementale pourtant condamnée par une grande partie de l’opinion internationale. Et aussi interroger l’éducation de ceux qui étaient autrefois pour elle ceux d’en face, en Cisjordanie.

Tamara Erde est allée à la rencontre des enfants et des enseignants d’une école de kibboutz, d’une école d’Etat israëlienne mais multi confessionnelle et enfin d’une école de Cisjordanie. Elle interroge aussi des universitaires des deux côtés qui ont travaillé sur l’historiographie comparée, notamment celle des manuels scolaires. La jeune réalisatrice, comme elle le signale dans sa note d’intention, prend le contre pied de la conviction optimiste de Nelson Mandela, qui disait que l’éducation était le meilleur rempart à la haine de l’autre. On constate ici au contraire que l’éducation – c’est le cas dans cette école de kibboutz – conforte la haine et la peur, par l’ignorance. Un adolescent israélien lucide dit qu’il y a un problème quand à 17 ans on est incapable de définir le mot paix. Les manuels israéliens sont systématiquement expurgés de toute allusion trop frontale à la nakba (« la grande catastrophe » en arabe, évoquant l’expulsion violente de milliers de Palestiniens en 1948) ; et quand ils ne le sont pas, ils sont généralement censurés ou retirés…

Mais le film reste porteur d’espoir, avec quelques séquences magiques. Ainsi cette école mixte, où professeurs israélien et palestinien enseignent conjointement, réserve des moments merveilleux même si, parfois, il y a tension, quand par exemple cette enseignante palestinienne doit sortir pour respirer, parce que ce travail se fait en surmontant le trop lourd vécu extérieur. On reprend espoir avec ce formidable intituteur cisjordanien qui fait comprendre de manière très imagée aux enfants palestiniens, quotidiennement tentés par la montée de la rage et de la haine face à l’occupation israëlienne, à quel point il est important que la liberté conquise par chacun n’empiète pas sur celle de l’autre. Il fait rédiger à ses élèves une lettre à un jeune écolier juif français imaginaire afin qu’ils le distinguent bien des jeunes colons qui les agressent chaque jour et que jamais leur colère légitime contre Israël ne se mue en antisémitisme. Et on se dit qu’en dépit de tous les nuages sombres, tout n’est peut être pas foutu pour les futurs adultes que sont ces jeunes écoliers.

Israël / France - 2015 - 1h34 - VOSTF - 1,45 Go résolution HD 720p (1280X720) - Juste Distribution.