Sous-l_aile-des-anges.jpg

(The Better angels) Écrit et réalisé par A.J. Edwards. Avec Braydon Denney, Diane Kruger, Jason Clarke, Brit Marling, Wes Bentley… Produit par Terrence Malick.

Nous sommes très heureux de vous présenter comme ultime proposition en Vidéo en Poche, cette perle rare d’une splendeur singulière, qui date de 2014 et aurait pu rester inédite en France sans la curiosité et l’audace de nos amis de ED Distribution, grands découvreurs devant l’éternel, qui étaient présents au commencement de Vidéo en Poche. Qu’ils soient ici remerciés.

Un jeune garçon, aux traits fins et aux grands yeux clairs, observe son père en train de travailler. Des gestes simples, ancestraux, transmis de génération en génération, qui échafaudent pas à pas une cabane qui deviendra une maison, installée sur un petit lopin de terre au milieu d’une nature sauvage, belle et hostile à la fois. L’action se déroule en 1817, dans l’Indiana. Dans cette région forestière du Midwest des États- Unis, violemment arrachée aux tribus indiennes, des hommes et des femmes, fermiers, bûcherons, charpentiers et paysans, tentent de survivre et de se construire une existence. Ce sont des gens simples et modestes, menant une vie rude mais c’est celle qu’ils ont choisie. Ils sont des pionniers, les fondateurs du nouveau peuple américain. Dans une de ces familles de défricheurs est né celui qui deviendra l’un des hommes les plus importants de l’Histoire des États-Unis : Abraham Lincoln, père de la constitution américaine, initiateur de l’abolition de l’esclavage.

Pour le jeune Abraham, c’est encore le temps de l’insouciance, où les mille attentions réconfortantes de sa mère se mélangent au chant des oiseaux, au bruit de la rivière, au souffle du vent dans les arbres, mère et mère-nature se confondant à l’infini. C’est aussi le temps du jeu, nécessaire à l’apprentissage de la vie, des premières bagarres où l’on teste sa résistance physique à l’injustice, à la violence stupide, aux pratiques cruelles sur les animaux, comme lors de la découverte de cette tortue dont les copains d’Abraham tentent de casser la carapace en la cognant contre une pierre. Autant d’expériences instinctives et sensorielles qui façonnent chez Lincoln sa compréhension aigüe du genre humain.

Mais déjà la tragédie s’abat sur la petite famille, quand la maladie emporte subitement cette mère protectrice qu’Abraham aime tant. En silence, il confectionne le cercueil de bois qui accueillera son corps. Il faut maintenant aider le père dans ses tâches. Tom Lincoln, un homme taiseux, aux règles d’éducations strictes, laisse le garçon et sa sœur seuls, le temps de leur trouver une mère de substitution. En son absence, Abraham devra fendre le bois, chasser, réparer l’enclos des bêtes, faucher les herbes hautes, labourer le champ… avant de faire connaissance avec cette nouvelle femme, qui porte maintenant le même nom que lui : Sarah Lincoln. Il apprend à l’accepter, conscient d’avoir trouvé en elle une sortie d’héritière spirituelle de sa mère disparue, une adulte aimante qui l’inspirera pour toujours. Car devant la curiosité insatiable d’Abe, sa soif inextinguible d’apprendre, Sarah relève le défi consistant à l’instruire et à l’élever comme son propre fils.

Conté en voix-off par le cousin d’Abraham, qui aura partagé un moment de sa vie, le film dessine par touches sensibles, la construction d’un garçon à la personnalité précocement solitaire, lecteur et observateur aiguisé du monde qui l’entoure. A.J. Edwards inscrit son film dans une riche veine du cinéma américain aux influences transcendantalistes (Thoreau, Emerson), où l’action remplace le verbe, où les intentions des personnages se définissent par leurs mouvements, la caméra captant à chaque instant l’essence de leurs existences. Sous l’aile des anges, dans un noir et blanc sublime, surprend ainsi à chaque instant, à la fois par sa beauté esthétique, mais aussi par la plénitude qu’il dégage, et qu’il partage avec nous.

Ma maison d’enfance, je la retrouve • Et cette vision m’attriste • Et pourtant, tandis que les souvenirs affluent à mon esprit • Le plaisir est là aussi. (Abraham Lincoln)

USA - 2014 - 1h35 - VOSTF - 1,54 Go résolution HD 720p (1280X720) - ED distribution.