Mot-clé : MementoFilms

Taxi-Teheran.jpg

Taxi Téhéran

Écrit et réalisé par Jafar Panahi - Ours d’Or, Festival de Berlin 2015.C’est un magnifique et allègre bras d’honneur aux barbus barbons barbants. Les BBB (c’est plus court comme ça), ce sont les mollahs du régime iranien et leurs fonctionnaires zélés qui ont tenté par tous les moyens de faire taire le réalisateur Jafar Panahi. En 2010, les autorités l’ont d’abord emprisonné puis, après l’avoir libéré, lui ont interdit toute sortie du territoire et surtout ont essayé de l’empêcher de tourner. Mais on ne peut pas interdire à un être humain de respirer et durant les cinq dernières années, Panahi a naturellement désobéi en tournant clandestinement trois films, montrés dans les plus grands festivals internationaux. Taxi Téhéran fut projeté au Festival de Berlin où il reçut à l’unanimité du jury…

Lire la suite

Nahid.jpg

Nahid

Écrit et réalisé par Ida Panahandeh.Pour faire référence à un film iranien qui a connu un succès retentissant, on peut sans tricher dire que Nahid s’inscrit dans la droite ligne de Une séparation, d’Ashgar Farhadi. Dans Une séparation, on suivait le divorce douloureux et contrarié de Nader et Simin, une rupture dans laquelle venait interférer le combat de Reza, une femme de ménage accusant Nader de l’avoir violemment bousculée au point de compromettre sa grossesse. Cette femme de ménage était incarnée par une actrice exceptionnelle, Sareh Bayat, qui tient justement le rôle principal de Nahid ! Mais contrairement au film de Farhadi, où les personnages principaux appartenaient à un milieu plutôt aisé, Nahid est une jeune mère divorcée qui vit dans un petit port de la mer Caspienne et se…

Lire la suite

Mekong-stories.jpg

Mekong Stories

Écrit et réalisé par Phan Dang Di.Vietnam, au début des années 2000. L’Etat lutte contre la crise économique et la surpopulation. Originaire de la campagne, Vu, 20 ans, débarque à Saïgon pour étudier la photographie. Il loue une chambre dans une maison au bord du fleuve, partagée avec deux amis, Thang, serveur dans une boîte de nuit, qui vit de petits trafics, et Cuong, chanteur de rue. Armé d’un nouvel appareil photo offert par son père, Vu part à la découverte des environs. Le jeune homme est vite attiré par le séduisant Thang. Avec lui, il découvre le monde de la nuit et fait bientôt la rencontre de Van, une jeune femme qui rêve de devenir danseuse de ballet.Avoir 20 ans à Saïgon au début des années 2000, c’était l’âge des possibles à plus d’un titre : la récente levée de l’embargo…

Lire la suite

Citoyen-d_honneur.jpg

Citoyen d'honneur

Un film de Mariano Cohn et Gaston Duprat.Inclassable ! Dès qu’on essaie de l’enfermer dans une case, ce film rebondit tout comme son personnage principal. Drôle et cynique sont les premiers mots qui viennent instantanément, mais ils restent bien insuffisants. Les réalisateurs n’ont visiblement aucune envie de brosser leurs spectateurs dans le sens du poil et c’est parfaitement réjouissant : c’est donc avec un plaisir sans partage qu’on se laisse embarquer dans leur univers déboussolant. Première mise en bouche amusée et grotesque : Daniel Mantovani se voit attribuer en grande pompe l’inestimable Prix Nobel de Littérature. Les spectateurs semblent écrasés par l’ambiance d’un somptueux théâtre paré de rouge profond, d’ors vieillissants et de vert antique. Devant la prestigieuse assemblée,…

Lire la suite

Monstre-a-mille-tetes.jpg

Un monstre à mille têtes

Un film de Rodrigo Pla (Prix du Public, Festival de Biarritz 2015).Le « monstre à mille têtes », c’est le libéralisme sans frein et et ses conséquences, c’est le système kafkaïen qu’il met en place, c’est la nouvelle bureaucratie de l’argent qu’il instaure. Rodrigo Pla, comme dans l’excellent La Zona qui nous l’a révélé (disponible aussi en Vidéo en Poche), s’attaque bille en tête au monstre, et c’est aussi rageur que captivant. Rodrigo Pla et sa scénariste ont été inspirés par le documentaire canadien The Corporation, qui décrivait l’action criminelle des multinationales (en particulier les sociétés pharmaceutiques ou liées à la santé) contre l’intérêt des citoyens. La mise en scène remarquablement rythmée et tendue renforce le propos. Elle oppose la course effrénée de Sonia à la froideur…

Lire la suite

Client.jpg

Le Client

Écrit et réalisé par Asghar Farhadi (Festival de Cannes 2016 : Prix du scénario et Prix d’interprétation masculine pour Shahab Hosseini).Mystères de la traduction : le titre persan « forushande » signifie « le vendeur » et le film sortira en France sous le titre « le client »… Pas essentiel sans doute, mais garder en tête le sens du mot persan permet de mieux comprendre les ponts que Farhadi jette entre son histoire et la pièce de théâtre que jouent ses protagonistes… Emad et Rana sont en effet comédiens et on entre dans leur intimité au moment où approche la première représentation de La Mort d’un commis voyageur, dans laquelle ils interprètent les rôles principaux du père et de la mère, largement quinquagénaires.Dans la vie en vrai, ils sont bien plus jeunes, sans enfant, avec tout le…

Lire la suite

Ma-Loute.jpg

Ma Loute

Écrit et réalisé par Bruno Dumont.Nous sommes en 1910 dans la baie de Slack, quelque part entre Boulogne sur Mer et Calais, lieu de villégiature estivale pour les bourgeois de la métropole lilloise qui viennent profiter des bains de mer et des falaises offrant une vue imprenable sur les côtes britanniques, 40 km en face. Les Van Peteghem font partie de ces envahisseurs privilégiés. André (Luchini), industriel pompeux qui se pique de son bon goût pour l’architecture et les automobiles, vient là accompagné de son épouse, la fragile Isabelle (Valeria Bruni-Tedeschi), de leur deux filles et de leur neveu Billie. Complèteront bientôt le tableau des bourgeois en vacances le frère de Madame, Christian, et la sœur de Monsieur, Aude.Mais le séjour va être perturbé par de mystérieuses disparitions…

Lire la suite

Vieux-chats.jpg

Les vieux chats

Écrit et réalisé par Sebastian Silva et Pedro Peirano (qui nous avaient déjà donné en 2009 le savoureux La Nana, également disponible en Vidéo en Poche).Il faut imaginer la rencontre, à Santiago du Chili, de la comédie italienne cruelle — comme L’Argent de la vieille — et d’un mélo mère-fille tordu d’Almodóvar. La mère est octogénaire, vit avec son compagnon, un peu plus vaillant qu’elle, en haut d’un immeuble résidentiel. Deux chats ventrus règnent sur l’appartement rempli de bibelots. Tout de suite, le film est captivant dans sa manière d’investir les lieux comme par effraction, en silence, pour surprendre le couple âgé encore au lit, à peine réveillé…La Nana, le précédent film des deux auteurs, montrait le quotidien banal et invivable d’une bonne dans une famille bourgeoise. Ces deux-là…

Lire la suite

Petit-homme.jpg

Le Petit Homme

Écrit et réalisé par Sudabeh MortezaiVous n’êtes pas prêts d’oublier le regard sombre et déterminé de Ramasan, ce petit bonhomme magnifique de onze ans, prêt à tout, comme un jeune loup orphelin grandi trop vite, pour protéger sa famille. Ramasan est un garçon d’origine tchétchène qui vit avec sa mère et ses deux sœurs cadettes à Macondo, un immense ensemble construit dans les années cinquante dans la banlieue de Vienne. À l’époque le quartier accueillait avant tout les exilés des pays de l’Est communiste, aujourd’hui s’y réfugient une vingtaine de nationalités de migrants, essentiellement tchétchènes, afghans et somaliens. Le père de Ramasan est mort à Grozny, à des milliers de kilomètres, sous les balles des Russes et de leurs complices : et le gamin passe chaque jour de longues minutes…

Lire la suite

Dernier-voyage-de-Tanya.jpg

Le dernier voyage de Tanya

Un film d’Aleksei Fedorchenko, scénario de Denis Osokin (Prix de Critique internationale et Prix de la meilleure photographie, Festival de Venise 2010)Les plus beaux voyages au cinéma sont souvent les plus inattendus. Le Dernier voyage de Tanya est la preuve que ces aventures précieuses sont encore possibles, même lorsqu’on se croit rassasié de belles images, de belles histoires, de beaux personnages. Elle nous restera longtemps après, l’infinie délicatesse de ce film d’un cinéaste russe jusque là inconnu (de nous en tout cas), comme le souvenir d’une tendre et déroutante balade au cœur d’un paysage aussi triste qu’émouvant, une promenade avec l’amour et la mort, comme dirait John Huston.Tanya est morte et ce voyage est son dernier. Miron, son mari, ne veut pas la livrer à la morgue,…

Lire la suite

Seconde-mere.jpg

Une seconde mère

Écrit et réalisé par Anna Muylaert.Un film formidablement attachant, terriblement humain, qui vous charme grâce à son style fluide, léger, enjoué… Au bord d’une piscine bien proprette semble cheminer une caravane de jouets luxueux. Un bébé chien pataud gambade au milieu. Une femme à la peau mate s’occupe d’un môme aux cheveux sombres. Elle le regarde avec toute l’attention, toute la tendresse d’une mère qu’elle n’est pourtant pas. On le devine à sa façon un peu gauche de refuser de venir nager avec l’enfant, à sa tenue vestimentaire qui ne cadre pas avec le standing de la propriété, à sa manière de rester « à sa place »… Autant de signes qui trahissent sa condition de domestique interchangeable, hormis, peut-être, dans le regard du garçonnet qui la considère comme une seconde mère. Celle…

Lire la suite

Enfants-de-Belle-Ville.jpg

Les enfants de Belle Ville

Écrit et réalisé par Asghar FarhadiBelle Ville, c’est le nom pour le moins paradoxal du quartier de Téhéran où se trouve un centre de détention pour mineurs. Akbar y fête son dix-huitième anniversaire, organisé par son ami Ala. L’ambiance devrait être à la joie mais pourtant, après les quelques effusions entre jeunes pensionnaires, Akbar s’effondre, terrassé de désespoir. Car il sait que cet anniversaire signifie pour lui le transfert dans une prison pour adultes et au bout du chemin l’exécution capitale. Akbar a été condamné à mort pour avoir tué, deux ans plus tôt, sa bien aimée : ce devait être un suicide romantique à deux, pour fuir l’oppression et les tabous de la société, mais il a survécu…Seule solution pour éviter l’inéluctable : obtenir du père de la victime le pardon qui…

Lire la suite

Fete-du-feu.jpg

La fête du feu

Écrit et réalisé par Asghar FarhadiRouhi est à deux doigts du mariage, et nage en pleine félicité. Pas riche, elle joue les aide-ménagères et atterrit par la grâce d’une agence d’intérim dans un couple en pleine crise. C’est le bordel dans la maison, et la belle maîtresse des lieux vit une crise intense de suspicion, collant ses oreilles sur les bouches d’aération de la salle de bain pour tenter d’entendre ce qui se passe chez sa voisine, qu’elle soupçonne d’avoir emberlificoté le cœur de son mari. Soupçonneuse de tout, elle voit d’un sale œil tout d’abord cette Rouhi envoyée par son mari , la paie pour qu’elle s’en aille, puis la rappelle, puis l’envoie se faire faire une beauté de mariée chez sa voisine pour l’espionner… La Rouhi, toute à son bonheur, reste zen quoi qu’il arrive et les…

Lire la suite

Separation.jpg

Une séparation

Écrit et réalisé par Asghar Farhadi (Festival de Berlin 2011 : Ours d’Or du meilleur film et double Ours d’Argent de la meilleure interprétation pour l’ensemble des actrices et des acteurs du film).Avec ce film fort et captivant, Ashgar Farhadi nous embarque dans une sorte de thriller intimiste, nous tient en haleine à partir de situations parfaitement quotidiennes, crée un suspense moral à travers des personnages d’une incroyable richesse (et quelles actrices, quels acteurs !), dont les motivations sont parfaitement légitimes même si contradictoires. Si bien que l’évolution du récit n’est jamais convenue, toujours d’une parfaite justesse mais jamais prévisible. Bref c’est absolument formidable.La scène d’ouverture pourrait presque se passer dans n’importe quel tribunal parisien,…

Lire la suite

A-propos-d_Elly.jpg

À propos d'Elly

Écrit et réalisé par Asghar Farhadi (Festival de Berlin 2009 : Ours d’Argent du meilleur réalisateur).À propos d’Elly donne un visage formidablement vivant à une jeunesse iranienne qui revendique, par son existence même, ouverture, liberté d’expression, évolution des mœurs… Le talent bien connu des Iraniens pour le cinéma trouve là un nouveau souffle et nous ouvre à une société telle qu’on ne la voit jamais à l’écran, plus proche de la nôtre que d’aucuns ne l’imaginent.Ils sont une poignée de couples, avec ou sans enfants, à s’être laissés embarquer par leur jolie copine Sepideh pour des vacances au bord de la mer Caspienne. D’un bon niveau culturel et social, plutôt gâtés par la nature, ils sont la réplique des trentenaires ou des quadra de nos films à nous… à quelques différences près.…

Lire la suite

Oslo-31-aout.jpg

Oslo, 31 août

Un film de Joachim Trier (Festival Premiers Plans Angers 2012 : Grand Prix du Jury et Prix d’interprétation masculine).Il y a au départ un roman splendide, bref et sépulcral : Le Feu follet, écrit en 1931 par le brillant écrivain dandy Pierre Drieu la Rochelle, passé du surréalisme et du socialisme à la fascination pour le fascisme, jusqu’à devenir l’un des plus célèbres écrivains collaborationnistes. Il se suicida à la Libération, après avoir refusé la protection d’un certain André Malraux. Le Feu follet c’est l’histoire d’André Leroy, un homme alcoolique, pourtant bien sous tous rapports, cultivé et de la bonne société mais que le vide existentiel ronge jusqu’à l’autodestruction. Le Feu Follet, c’est les 48 heures que l’homme suicidaire se donne pour faire rebondir sa vie en allant à la…

Lire la suite

Santiago-73-post-mortem.jpg

Santiago 73, post mortem

Écrit et réalisé par Pablo Larrain (Sélection officielle, Festival de Venise 2010).Les films historiques ne sont jamais aussi forts que quand ils interrogent la Grande Histoire par le petit bout de la lorgnette, par le destin de citoyens lambda et anonymes qui subissent les faits et deviennent ou pas des héros (ou des anti-héros). Car les grands conflits, les révolutions et autres événements qui bouleversent le monde ne sont que l’addition des interactions entre les actes héroïques de quelques uns et l’inaction voire la lâcheté du plus grand nombre.Nous sommes en septembre 1973 au Chili, et face à une crise économique majeure, l’agitation contre le gouvernement socialiste d’Allende, élu en 1970, s’intensifie, animée par des classes moyennes et des syndicats instrumentalisés, activement…

Lire la suite

Black-coal.jpg

Black coal

Écrit et réalisé par Diao Yinan • Ours d’Or du meilleur film, Festival de Berlin 2014 •En 1999, un employé d’une carrière minière est retrouvé assassiné et son corps dispersé aux quatre coins de la Mandchourie. L’inspecteur Zhang mène l’enquête, mais doit rapidement abandonner l’affaire après avoir été blessé lors de l’interpellation des principaux suspects. Cinq ans plus tard, deux nouveaux meurtres sont commis dans la région, tous deux liés à l’épouse de la première victime. Devenu agent de sécurité, Zhang décide de reprendre du service. Son enquête l’amène à se rapprocher dangereusement de la mystérieuse jeune femme… Le récit prend place dans la Chine du passé, entre 1999 et 2004, comme si Diao Yinan voulait prendre ses distances pour mieux parler de l’état de son pays actuellement. Le…

Lire la suite

La_Zona.jpg

La Zona

Un film de Rodrigo Pla (Meilleur Premier Film Festival de Venise 2007, Prix de la critique internationale Festival de Toronto, Prix du Public à Montréal, Prix du meilleur film à Stockholm).C’est, au cœur de Mexico, une de ces cités protégées par des murs, au top de la modernité, avec paranoïa intégrée, caméras partout et milice privée… Un truc pour riches, au confort arrogant cerné par des quartiers pauvres, où végètent les largués de la croissance, affamés de naissance, marqués dans leur chair par un destin dont il faudrait être bien malin pour arriver à s’extirper. Le mur qui sépare ces deux mondes irréconciliables n’est pas seulement fait de barbelés et de béton, il exsude la haine et le désespoir, ces sentiments où savent si bien germer les malentendus chroniques, les jugements hâtifs,…

Lire la suite

Jours-de-peche-en-Patagonie.jpg

Jours de pêche en Patagonie

(Dias de pesca) Écrit et réalisé par Carlos Sorin. C’est un film tout en douceur et en retenue, un film de non-dits qui n’utilise les mots que pour exprimer ce qui n’est pas essentiel – l’important passe par le silence, ou par le regard –, un film qui ne la ramène pas, qui va son petit bonhomme de chemin. On reconnaît bien là l’art et la manière de Carlos Sorin, cinéaste argentin dont le titre du deuxième film sonnait comme un manifeste : Historias minimas, et qui connut un réel succès avec son savoureux Bombon el perro. Ne cherchez pas ici le bruit et la fureur, l’exaltation et la démesure, vous seriez déçus. Non, vous aurez ici la petite musique discrète – puisqu’on parle de petite musique, celle qu’a composée Nicolas Sorin pour le film est délicieuse – des vies ordinaires, des…

Lire la suite

- page 1 de 2