Mot-clé : MementoFilms

Voyage-de-Lucia.jpg

Le voyage de Lucia

Un film de Stefano PasettoLeur rencontre pourrait sembler caricaturale : deux opposées qui s’attirent comme des aimants dans un livre de chimie du premier cycle. C’est bien plus que cela. Elle, Lucia, brune, fine, élégante, classe… Le genre de femme à qui tout semble facile, qui attire naturellement le regard. Une que le temps qui passe n’écorche pas violemment et que les petites rides de la quarantaine rendraient encore plus touchante, si elle ne se montrait si distante, rigide, implacable. Impeccable comme son costume d’hôtesse de l’air, travail qu’elle s’évertue à conserver malgré les récriminations de son mari allergologue qui gagne bien assez pour deux. Son épouse reste un terrain inaccessible qui le dépasse lui et sa science. À tel point qu’il ira voir ailleurs comme on dit. C’est…

Lire la suite

Famille-heureuse.jpg

Une famille heureuse

Un film de Nana Ekvtimishvili et Simon GROßLa première raison de voir ce très beau film, intelligent et délicat, pourrait relever de l’exotisme, qui parfois a du bon : voir des images, prendre des nouvelles de la Géorgie, pays lointain et bien mystérieux pour la plupart d’entre nous… Quelques indices, telle la consommation abusive de jus de cerises – que l’on produit artisanalement et conserve dans d’énormes bocaux –, indiqueront aux connaisseurs que nous sommes au cœur du Caucase – les Turcs, les Azéris… sont également très friands de cerises. Les cinéphiles ne pourront s’empêcher de penser aux merveilleux films de Sergueï Paradjanov, qui évoquaient avec une poésie sublime, et un art achevé de la composition picturale, la beauté et la richesse culturelle du pays. Et puis il y a aussi le…

Lire la suite

Caire-confidentiel.jpg

Le Caire Confidentiel

Écrit et réalisé par Tarek Saleh - Grand Prix, Festival de Sundance 2016 - Grand Prix Beaune 2017, Festival international du film policier.Le titre donné par le distributeur français à cet excellent polar entièrement tourné au Caire est tout sauf anodin et particulièrement bien choisi : les amateurs du genre pensent immédiatement à L.A. Confidential de James Elroy et à son adaptation cinématographique très réussie, dont l’intrigue policière était indissociable de la radiographie sans complaisance du Los Angeles rutilant et pourri des années 50, gangréné par la violence, le racisme, l’anti-communisme et la corruption. Ici c’est Le Caire qui est soumis au même détecteur de mensonges, de combines, d’hypocrisies, de comportements mafieux. Nous sommes en 2011, peu après la révolution tunisienne…

Lire la suite

120-battements-par-minute.jpg

120 battements par minute

Un film de Robin Campillo. Scénario de Robin Campillo et Philippe Mangeot. Festival de Cannes 2017 : Grand Prix et Prix de la Critique internationaleIls étaient jeunes, fougueux, gourmands à vouloir goûter jusqu’aux fruits défendus. Certains timides, d’autres exubérants, de tous horizons et de tous styles. Tous avaient la vie devant eux et mordaient dedans à bouche que veux-tu, sans complexe, sans crainte, sans penser à s’économiser, ni à se protéger. Mai 1968 était passé par-là, puis 1982 avec des modifications de loi, un vent de liberté semblait vouloir balayer les préjugés rétrogrades. On avait le droit d’aimer qui on voulait ouvertement, ou presque, et on n’allait pas s’en priver ! Insouciance savoureuse des années 1990…Puis parvinrent des rumeurs lointaines, incertaines, sur une…

Lire la suite

Jeannette.jpg

Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc

Un film musical écrit et réalisé par Bruno Dumont. Adapté de Jeanne d’Arc et Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc de Charles Peguy. Musique originale de Igorrr. Chorégraphie de Philippe Decouflé.Si Bruno Dumont n’existait pas, il faudrait d’urgence l’inventer, tant il fait souffler à lui tout seul sur le cinéma français le vent insolent de la liberté, de la créativité, de l’audace et (c’est plus récent, depuis P’tit Quinquin et Ma Loute, disponible en Vidéo en Poche) de la fantaisie. Ce nouveau film, vision inénarrable de l’enfance de Jeanne d’Arc et réalisé pour Arte, en apporte une nouvelle preuve. Sur l’écran nos yeux ébahis découvrent, au milieu d’une campagne désolée, une comédie musicale dans laquelle des nonnes scandent des vers de Charles Péguy sur un fond musical mixant la…

Lire la suite

Jar-City.jpg

Jar City

Un film de Baltazar Kormakur, écrit par Baltazar Kormakur et Arnaldur Indridason, d’après son roman La Cité des Jarres.Pour les amoureux du roman noir, la découverte du polar scandinave fut une révélation. Il y eut d’abord le suédois Henning Mankell et son commissaire Wallander, premier grand choc. Ensuite quelques auteurs talentueux, parmi lesquels le tout aussi suédois Äke Edvardson et son Erik Winter. Et puis, plus récemment, deuxième très grande claque avec l’islandais Arnaldur Indrididason et son Erlendur, entré d’emblée dans le petit cercle de nos (anti)héros polardeux de chevet (on n’oublie pas la folie Millenium, mais celui-là tout le monde en parle). Premier bouquin d’Indridason publié en France, La Cité des jarres s’incarne au cinéma dans un film d’autant plus fidèle à l’univers…

Lire la suite

Taxi-Teheran.jpg

Taxi Téhéran

Écrit et réalisé par Jafar Panahi - Ours d’Or, Festival de Berlin 2015.C’est un magnifique et allègre bras d’honneur aux barbus barbons barbants. Les BBB (c’est plus court comme ça), ce sont les mollahs du régime iranien et leurs fonctionnaires zélés qui ont tenté par tous les moyens de faire taire le réalisateur Jafar Panahi. En 2010, les autorités l’ont d’abord emprisonné puis, après l’avoir libéré, lui ont interdit toute sortie du territoire et surtout ont essayé de l’empêcher de tourner. Mais on ne peut pas interdire à un être humain de respirer et durant les cinq dernières années, Panahi a naturellement désobéi en tournant clandestinement trois films, montrés dans les plus grands festivals internationaux. Taxi Téhéran fut projeté au Festival de Berlin où il reçut à l’unanimité du jury…

Lire la suite

Nahid.jpg

Nahid

Écrit et réalisé par Ida Panahandeh.Pour faire référence à un film iranien qui a connu un succès retentissant, on peut sans tricher dire que Nahid s’inscrit dans la droite ligne de Une séparation, d’Ashgar Farhadi. Dans Une séparation, on suivait le divorce douloureux et contrarié de Nader et Simin, une rupture dans laquelle venait interférer le combat de Reza, une femme de ménage accusant Nader de l’avoir violemment bousculée au point de compromettre sa grossesse. Cette femme de ménage était incarnée par une actrice exceptionnelle, Sareh Bayat, qui tient justement le rôle principal de Nahid ! Mais contrairement au film de Farhadi, où les personnages principaux appartenaient à un milieu plutôt aisé, Nahid est une jeune mère divorcée qui vit dans un petit port de la mer Caspienne et se…

Lire la suite

Mekong-stories.jpg

Mekong Stories

Écrit et réalisé par Phan Dang Di.Vietnam, au début des années 2000. L’Etat lutte contre la crise économique et la surpopulation. Originaire de la campagne, Vu, 20 ans, débarque à Saïgon pour étudier la photographie. Il loue une chambre dans une maison au bord du fleuve, partagée avec deux amis, Thang, serveur dans une boîte de nuit, qui vit de petits trafics, et Cuong, chanteur de rue. Armé d’un nouvel appareil photo offert par son père, Vu part à la découverte des environs. Le jeune homme est vite attiré par le séduisant Thang. Avec lui, il découvre le monde de la nuit et fait bientôt la rencontre de Van, une jeune femme qui rêve de devenir danseuse de ballet.Avoir 20 ans à Saïgon au début des années 2000, c’était l’âge des possibles à plus d’un titre : la récente levée de l’embargo…

Lire la suite

Citoyen-d_honneur.jpg

Citoyen d'honneur

Un film de Mariano Cohn et Gaston Duprat.Inclassable ! Dès qu’on essaie de l’enfermer dans une case, ce film rebondit tout comme son personnage principal. Drôle et cynique sont les premiers mots qui viennent instantanément, mais ils restent bien insuffisants. Les réalisateurs n’ont visiblement aucune envie de brosser leurs spectateurs dans le sens du poil et c’est parfaitement réjouissant : c’est donc avec un plaisir sans partage qu’on se laisse embarquer dans leur univers déboussolant. Première mise en bouche amusée et grotesque : Daniel Mantovani se voit attribuer en grande pompe l’inestimable Prix Nobel de Littérature. Les spectateurs semblent écrasés par l’ambiance d’un somptueux théâtre paré de rouge profond, d’ors vieillissants et de vert antique. Devant la prestigieuse assemblée,…

Lire la suite

Monstre-a-mille-tetes.jpg

Un monstre à mille têtes

Un film de Rodrigo Pla (Prix du Public, Festival de Biarritz 2015).Le « monstre à mille têtes », c’est le libéralisme sans frein et et ses conséquences, c’est le système kafkaïen qu’il met en place, c’est la nouvelle bureaucratie de l’argent qu’il instaure. Rodrigo Pla, comme dans l’excellent La Zona qui nous l’a révélé (disponible aussi en Vidéo en Poche), s’attaque bille en tête au monstre, et c’est aussi rageur que captivant. Rodrigo Pla et sa scénariste ont été inspirés par le documentaire canadien The Corporation, qui décrivait l’action criminelle des multinationales (en particulier les sociétés pharmaceutiques ou liées à la santé) contre l’intérêt des citoyens. La mise en scène remarquablement rythmée et tendue renforce le propos. Elle oppose la course effrénée de Sonia à la froideur…

Lire la suite

Client.jpg

Le Client

Écrit et réalisé par Asghar Farhadi (Festival de Cannes 2016 : Prix du scénario et Prix d’interprétation masculine pour Shahab Hosseini).Mystères de la traduction : le titre persan « forushande » signifie « le vendeur » et le film sortira en France sous le titre « le client »… Pas essentiel sans doute, mais garder en tête le sens du mot persan permet de mieux comprendre les ponts que Farhadi jette entre son histoire et la pièce de théâtre que jouent ses protagonistes… Emad et Rana sont en effet comédiens et on entre dans leur intimité au moment où approche la première représentation de La Mort d’un commis voyageur, dans laquelle ils interprètent les rôles principaux du père et de la mère, largement quinquagénaires.Dans la vie en vrai, ils sont bien plus jeunes, sans enfant, avec tout le…

Lire la suite

Ma-Loute.jpg

Ma Loute

Écrit et réalisé par Bruno Dumont.Nous sommes en 1910 dans la baie de Slack, quelque part entre Boulogne sur Mer et Calais, lieu de villégiature estivale pour les bourgeois de la métropole lilloise qui viennent profiter des bains de mer et des falaises offrant une vue imprenable sur les côtes britanniques, 40 km en face. Les Van Peteghem font partie de ces envahisseurs privilégiés. André (Luchini), industriel pompeux qui se pique de son bon goût pour l’architecture et les automobiles, vient là accompagné de son épouse, la fragile Isabelle (Valeria Bruni-Tedeschi), de leur deux filles et de leur neveu Billie. Complèteront bientôt le tableau des bourgeois en vacances le frère de Madame, Christian, et la sœur de Monsieur, Aude.Mais le séjour va être perturbé par de mystérieuses disparitions…

Lire la suite

Vieux-chats.jpg

Les vieux chats

Écrit et réalisé par Sebastian Silva et Pedro Peirano (qui nous avaient déjà donné en 2009 le savoureux La Nana, également disponible en Vidéo en Poche).Il faut imaginer la rencontre, à Santiago du Chili, de la comédie italienne cruelle — comme L’Argent de la vieille — et d’un mélo mère-fille tordu d’Almodóvar. La mère est octogénaire, vit avec son compagnon, un peu plus vaillant qu’elle, en haut d’un immeuble résidentiel. Deux chats ventrus règnent sur l’appartement rempli de bibelots. Tout de suite, le film est captivant dans sa manière d’investir les lieux comme par effraction, en silence, pour surprendre le couple âgé encore au lit, à peine réveillé…La Nana, le précédent film des deux auteurs, montrait le quotidien banal et invivable d’une bonne dans une famille bourgeoise. Ces deux-là…

Lire la suite

Petit-homme.jpg

Le Petit Homme

Écrit et réalisé par Sudabeh MortezaiVous n’êtes pas prêts d’oublier le regard sombre et déterminé de Ramasan, ce petit bonhomme magnifique de onze ans, prêt à tout, comme un jeune loup orphelin grandi trop vite, pour protéger sa famille. Ramasan est un garçon d’origine tchétchène qui vit avec sa mère et ses deux sœurs cadettes à Macondo, un immense ensemble construit dans les années cinquante dans la banlieue de Vienne. À l’époque le quartier accueillait avant tout les exilés des pays de l’Est communiste, aujourd’hui s’y réfugient une vingtaine de nationalités de migrants, essentiellement tchétchènes, afghans et somaliens. Le père de Ramasan est mort à Grozny, à des milliers de kilomètres, sous les balles des Russes et de leurs complices : et le gamin passe chaque jour de longues minutes…

Lire la suite

Dernier-voyage-de-Tanya.jpg

Le dernier voyage de Tanya

Un film d’Aleksei Fedorchenko, scénario de Denis Osokin (Prix de Critique internationale et Prix de la meilleure photographie, Festival de Venise 2010)Les plus beaux voyages au cinéma sont souvent les plus inattendus. Le Dernier voyage de Tanya est la preuve que ces aventures précieuses sont encore possibles, même lorsqu’on se croit rassasié de belles images, de belles histoires, de beaux personnages. Elle nous restera longtemps après, l’infinie délicatesse de ce film d’un cinéaste russe jusque là inconnu (de nous en tout cas), comme le souvenir d’une tendre et déroutante balade au cœur d’un paysage aussi triste qu’émouvant, une promenade avec l’amour et la mort, comme dirait John Huston.Tanya est morte et ce voyage est son dernier. Miron, son mari, ne veut pas la livrer à la morgue,…

Lire la suite

Seconde-mere.jpg

Une seconde mère

Écrit et réalisé par Anna Muylaert.Un film formidablement attachant, terriblement humain, qui vous charme grâce à son style fluide, léger, enjoué… Au bord d’une piscine bien proprette semble cheminer une caravane de jouets luxueux. Un bébé chien pataud gambade au milieu. Une femme à la peau mate s’occupe d’un môme aux cheveux sombres. Elle le regarde avec toute l’attention, toute la tendresse d’une mère qu’elle n’est pourtant pas. On le devine à sa façon un peu gauche de refuser de venir nager avec l’enfant, à sa tenue vestimentaire qui ne cadre pas avec le standing de la propriété, à sa manière de rester « à sa place »… Autant de signes qui trahissent sa condition de domestique interchangeable, hormis, peut-être, dans le regard du garçonnet qui la considère comme une seconde mère. Celle…

Lire la suite

Enfants-de-Belle-Ville.jpg

Les enfants de Belle Ville

Écrit et réalisé par Asghar FarhadiBelle Ville, c’est le nom pour le moins paradoxal du quartier de Téhéran où se trouve un centre de détention pour mineurs. Akbar y fête son dix-huitième anniversaire, organisé par son ami Ala. L’ambiance devrait être à la joie mais pourtant, après les quelques effusions entre jeunes pensionnaires, Akbar s’effondre, terrassé de désespoir. Car il sait que cet anniversaire signifie pour lui le transfert dans une prison pour adultes et au bout du chemin l’exécution capitale. Akbar a été condamné à mort pour avoir tué, deux ans plus tôt, sa bien aimée : ce devait être un suicide romantique à deux, pour fuir l’oppression et les tabous de la société, mais il a survécu…Seule solution pour éviter l’inéluctable : obtenir du père de la victime le pardon qui…

Lire la suite

Fete-du-feu.jpg

La fête du feu

Écrit et réalisé par Asghar FarhadiRouhi est à deux doigts du mariage, et nage en pleine félicité. Pas riche, elle joue les aide-ménagères et atterrit par la grâce d’une agence d’intérim dans un couple en pleine crise. C’est le bordel dans la maison, et la belle maîtresse des lieux vit une crise intense de suspicion, collant ses oreilles sur les bouches d’aération de la salle de bain pour tenter d’entendre ce qui se passe chez sa voisine, qu’elle soupçonne d’avoir emberlificoté le cœur de son mari. Soupçonneuse de tout, elle voit d’un sale œil tout d’abord cette Rouhi envoyée par son mari , la paie pour qu’elle s’en aille, puis la rappelle, puis l’envoie se faire faire une beauté de mariée chez sa voisine pour l’espionner… La Rouhi, toute à son bonheur, reste zen quoi qu’il arrive et les…

Lire la suite

Separation.jpg

Une séparation

Écrit et réalisé par Asghar Farhadi (Festival de Berlin 2011 : Ours d’Or du meilleur film et double Ours d’Argent de la meilleure interprétation pour l’ensemble des actrices et des acteurs du film).Avec ce film fort et captivant, Ashgar Farhadi nous embarque dans une sorte de thriller intimiste, nous tient en haleine à partir de situations parfaitement quotidiennes, crée un suspense moral à travers des personnages d’une incroyable richesse (et quelles actrices, quels acteurs !), dont les motivations sont parfaitement légitimes même si contradictoires. Si bien que l’évolution du récit n’est jamais convenue, toujours d’une parfaite justesse mais jamais prévisible. Bref c’est absolument formidable.La scène d’ouverture pourrait presque se passer dans n’importe quel tribunal parisien,…

Lire la suite

- page 1 de 2