Mot-clé : USA

Wrong-cops.jpg

Wrong Cops

Écrit, réalisé, photographié et monté par Quentin Dupieux (Prix du Président Albert Dupontel, Festival Groland 2013). Musique de Mr Oizo.Quelle apocalyptique galerie de portraits de flics ! Quelle tableau jérômeboschien de la famille poulaga ! Hideux, difformes, libidineux, corrompus, vulgaires autant dans leur propos que leurs attitudes, toujours un bon mot raciste à glisser, sadiques envers le faible, soumis envers le fort, obsédés par les magouilles diverses et le détournement de drogues… Et une passion démesurée pour la techno qui en fait danser certains en slip kangourou devant leur amant travelo. Bon vous l’aurez compris, les flics qui sont les héros de ce grand cinglé de Quentin Dupieux sont purement imaginaires et toute ressemblance avec des policiers existant ou ayant existé…

Lire la suite

Secrets-des-autres.jpg

Les secrets des autres

Écrit et réalisé par Patrick WangGracieuse autant que pudique. Gaie et émouvante à la fois. Cette perle rare est signée Patrick Wang, qui nous avait déjà énormément touchés avec In the Family. Son nouvel opus est de la même veine : tout en finesse et en tendresse.Derrière chaque paupière, chaque sourire, se cachent des secrets, des incertitudes, parfois des chagrins inavoués. Impedimenta encombrants, enfouis sous une chape de silence afin qu’ils ne viennent pas assombrir les petits bonheurs quotidiens qui sont déjà suffisamment fragiles… Ainsi en va-t-il pour la maisonnée de John et Ricky qui semble accrochée à sa tranquillité comme une patelle – dite aussi bernique – à son rocher. Ce couple de quarantenaires a tout pour être heureux dans un environnement paisible où l’on ne s’ennuie…

Lire la suite

In-the-family.jpg

In the family

Écrit et réalisé par Patrick Wang.Préparez-vous à un torrent d’émotions, à un ouragan d’empathie avec ce film venu de nulle part (réalisé en 2011, ignoré par la plupart des festivals internationaux, il est arrivé enfin chez nous grâce au talent de ED Distribution) et qui est probablement un des plus beaux jamais réalisés sur la paternité. Une réussite magistrale, d’autant plus étonnante que son auteur et acteur principal Patrick Wang, américain né de parents taiwanais, est venu sur le tard au cinéma, avec cette première œuvre réalisée à l’aube de la quarantaine après une brillante carrière d’économiste durant laquelle ses cours de théâtre n’étaient qu’un hobby. Un film formidable sur la paternité donc, avec un détail original qui saute aux yeux dès le premier plan, où l’on voit un enfant…

Lire la suite

Amerrika.jpg

Amerrika

(Amreeka) Écrit et réalisé par Cherien Dabis. Il n’y a pas plus généreux, plus débordant, plus gai, plus doux que Mouna. Avec ça, la tolérance incarnée, la gentillesse, l’humour, l’intelligence, la patience… car il en faut de la patience et il en faut de l’humour pour supporter la vie quotidienne à Gaza ! Mais bon, résolument portée vers le côté lumineux des choses, elle ne penserait même pas quitter cette vie-là, accrochée à ses racines, à sa famille… Sauf que son ado de fils ne supporte plus l’humiliation quotidienne et fantasme comme un fou sur ce pays où la liberté est la règle et les hamburgers la nourriture de base : AMERRIKA ! Le pays juste au-dessous du paradis… et justement lui tombe du ciel une lettre qui la laisse sur le popotin : elle a gagné une « green card » pour les USA,…

Lire la suite

Frances-Ha.jpg

Frances Ha | Commentaires : 1

Un film de Noah Baumbach « Je ne suis pas encore une vraie personne », dit Frances, qui a déjà 27 ans. Avec ce film américain, aigu et drôle, on plonge dans les tourments d’une génération qui a quitté l’adolescence depuis longtemps sans parvenir à accoster la terre ferme d’un hypothétique âge adulte. Frances n’est plus étudiante, mais elle ne travaille pas encore. Elle ne vit plus chez ses parents, mais elle cherche toujours son chez-soi, passe d’un appartement à l’autre. Elle est l’incarnation de cet entre-deux, autour de la trentaine, qui peut s’éterniser, devenir un destin par défaut. Frances Ha est un film sur l’inachèvement : on verra même l’héroïne échouer à faire figurer son nom de famille en entier, sur une boîte aux lettres, faute de place, et se contenter des deux premières…

Lire la suite

I-used-to-be-darker.jpg

I used to be darker

Écrit et réalisé par Matthew Porterfield C’est un très beau petit film, qui n’essaie à aucun moment de vous bluffer ni dans le récit ni dans la forme mais dont l’exquise délicatesse, la justesse des situations, le jeu remarquable de ses comédiens vont vous ravir. Un film qui va s’installer tout doucement dans votre esprit, qui mûrira, qui y restera durablement. C’était déjà le cas de l’étonnant premier film du cinéaste américain indépendant Matt Porterfield : Putty Hill (également disponible en Vidéo en Poche), qui mêlait fiction et documentaire pour essayer d’approcher et de comprendre un groupe d’adolescents de Baltimore chamboulé par la mort prématurée de l’un d’entre eux. Ici nous sommes pleinement dans la fiction, le dispositif est plus classique mais le résultat est tout aussi…

Lire la suite

Wendy-et-Lucy.jpg

Wendy et Lucy

Écrit et réalisé par Kelly Reichardt. C’est rien du tout cette petite histoire, et c’est immense. Parce qu’il y a les regards, les gestes, les rares mots échangés, maladroits, incertains, mais toujours plein du sens de l’histoire et de l’air du temps… Par petites touches minuscules, on devine ce qui se passe dans la tête de la poignée d’humains qui sont là, les hésitations de leur cœur, les difficultés avec un travail rare auquel chacun s’accroche, jamais sûr de rien, les petits gestes de solidarité humaine, le bonheur fugitif d’une rencontre improbable, l’importance de la tendresse d’un chien, et le souci de ne pas perturber un équilibre aléatoire et difficilement acquis. D’où vient Wendy ? On ne sait pas. Ce qu’on devine c’est qu’elle a en réserve une sorte d’énergie tranquille qui la…

Lire la suite

Old-joy.jpg

Old Joy

Réalisé par Kelly Reichardt, scénario de Kelly Reichardt et Jonathan Raymond, d’après sa nouvelle. Deux hommes et une chienne en balade dans les paysages somptueux des montagnes de l’Oregon, nord-ouest des États Unis. Un film comme une escapade, hors des sentiers trop bien tracés d’une vie citadine et raisonnable, un film comme une parenthèse (dés)enchantée. Enchantée parce que vieille amitié renouée, communion avec la nature, air pur, sensation de liberté, obligations familiales, sociales, professionnelles oubliées… Désenchantée parce qu’évidence que ça ne va pas durer, que le retour à la réalité sera douloureux, parce que sentiment de perte d’un certain état d’enfance, d’innocence, d’insouciance. Le titre exprime avec grâce ce bien-être mélancolique, ou cette mélancolie bienheureuse :…

Lire la suite

Putty-Hill.jpg

Putty Hill

Un film de Matthew Porterfield - Prix du Jury au Festival International de La Roche-sur-Yon C’est un film d’une beauté sidérante et neuve sur un sujet, un univers que l’on pourrait croire rebattus, revus, rabâchés par le cinéma : cette jeunesse laissée pour compte des classes moyennes populaires américaines, des banlieues moches et impersonnelles, celle des films de Larry Clark ou Gus Van Sant, entre autres. Nous sommes à Baltimore, la riante ville portuaire du Maryland (les fans de The Wire apprécieront), plus précisément dans une de ses banlieues oubliées : Putty Hill, un quartier résidentiel pourri où les piscines gonflables sont remplies d’objets hétéroclites, bien loin d’un monde policé fait de pelouses impeccables et de barbecues rutilants prêts à servir pour les garden-parties. Une…

Lire la suite

Following-Sean.jpg

Following Sean

Film documentaire de Ralph Arlyck, Following Sean est une œuvre splendide et bouleversante sur les utopies, sans nostalgie ni amertume, mais avec la sincérité du vécu, un témoignage de grande valeur qui évolue entre l’intime et l’universel, entre l’instant volé et l’Histoire. En 1969 à San Francisco, dans un célèbre court-métrage, un petit garçon de quatre ans, Sean, assis pieds nus sur un canapé, parle de fumer de l’herbe, d’habiter avec des accros aux amphets et de sa haine des flics qui « cassent des têtes ». Le réalisateur de ce court métrage, Ralph Arlyck, était étudiant au milieu des années 60 et San Francisco vivait alors au rythme de la révolution culturelle des États-Unis. Le campus de l’Université était envahi de flics et le « Haigh » était rempli de vagabonds et d’idéalistes. Au…

Lire la suite

Shotgun Stories

Shotgun Stories

Écrit et réalisé par Jeff Nichols Un film indépendant américain remarquable, qui a la beauté, l’universalité et la force d’une tragédie antique : deux familles ennemies, réunies pourtant par le même père, se déchirent jusqu’à l’absurde, jusqu’à la mort. Jeff Nichols réussit à installer une tension permanente, qui tient à la fois aux réactions individuelles, imprévisibles, et au poids du destin, implacable. Sans oublier le paysage, l’espace, que les cinéastes américains savent filmer comme personne qui inscrit ces trajectoires humaines dans un cadre imposant, évidemment trop grand pour elles… L’histoire se déroule dans un bled paumé de l’Arkansas, au cœur de l’Amérique profonde. Les trois frères Hayes ont été abandonnés par leur père alors qu’ils étaient tout gosses. Il ne leur a même pas…

Lire la suite