Mot-clé : fiction

120-battements-par-minute.jpg

120 battements par minute

Un film de Robin Campillo. Scénario de Robin Campillo et Philippe Mangeot. Festival de Cannes 2017 : Grand Prix et Prix de la Critique internationaleIls étaient jeunes, fougueux, gourmands à vouloir goûter jusqu’aux fruits défendus. Certains timides, d’autres exubérants, de tous horizons et de tous styles. Tous avaient la vie devant eux et mordaient dedans à bouche que veux-tu, sans complexe, sans crainte, sans penser à s’économiser, ni à se protéger. Mai 1968 était passé par-là, puis 1982 avec des modifications de loi, un vent de liberté semblait vouloir balayer les préjugés rétrogrades. On avait le droit d’aimer qui on voulait ouvertement, ou presque, et on n’allait pas s’en priver ! Insouciance savoureuse des années 1990…Puis parvinrent des rumeurs lointaines, incertaines, sur une…

Lire la suite

Jeannette.jpg

Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc

Un film musical écrit et réalisé par Bruno Dumont. Adapté de Jeanne d’Arc et Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc de Charles Peguy. Musique originale de Igorrr. Chorégraphie de Philippe Decouflé.Si Bruno Dumont n’existait pas, il faudrait d’urgence l’inventer, tant il fait souffler à lui tout seul sur le cinéma français le vent insolent de la liberté, de la créativité, de l’audace et (c’est plus récent, depuis P’tit Quinquin et Ma Loute, disponible en Vidéo en Poche) de la fantaisie. Ce nouveau film, vision inénarrable de l’enfance de Jeanne d’Arc et réalisé pour Arte, en apporte une nouvelle preuve. Sur l’écran nos yeux ébahis découvrent, au milieu d’une campagne désolée, une comédie musicale dans laquelle des nonnes scandent des vers de Charles Péguy sur un fond musical mixant la…

Lire la suite

Jar-City.jpg

Jar City

Un film de Baltazar Kormakur, écrit par Baltazar Kormakur et Arnaldur Indridason, d’après son roman La Cité des Jarres.Pour les amoureux du roman noir, la découverte du polar scandinave fut une révélation. Il y eut d’abord le suédois Henning Mankell et son commissaire Wallander, premier grand choc. Ensuite quelques auteurs talentueux, parmi lesquels le tout aussi suédois Äke Edvardson et son Erik Winter. Et puis, plus récemment, deuxième très grande claque avec l’islandais Arnaldur Indrididason et son Erlendur, entré d’emblée dans le petit cercle de nos (anti)héros polardeux de chevet (on n’oublie pas la folie Millenium, mais celui-là tout le monde en parle). Premier bouquin d’Indridason publié en France, La Cité des jarres s’incarne au cinéma dans un film d’autant plus fidèle à l’univers…

Lire la suite

Upstream-color.jpg

Upstream color

Écrit et réalisé par Shane CarruthDurant le prologue, qui semble longtemps déconnecté du reste de l’intrigue, deux adolescents ingurgitent un liquide qui les unit instantanément, leurs pensées et leurs gestes fusionnent… Quelques plans plus tard, un homme élève une culture de vers dans sa maison et les utilise pour créer une nouvelle drogue qui crée un mimétisme sensoriel chez ceux qui la prennent. Il séquestre une jeune femme chez lui et la drogue à son insu. Un jour, elle s’enfuit.Ce pitch alléchant n’est que le tout début du deuxième long-métrage de Shane Carruth (après Primer, disponible en Vidéo en Poche). Quant au reste du film, aucun résumé ne pourrait vraiment lui rendre justice. Ce n’est pas tant que l’histoire est trop abracadabrantesque pour ça (elle l’est juste ce qu’il faut),…

Lire la suite

Tikkoun.jpg

Tikkoun

Écrit et réalisé par Avishai Sivan - Prix Spécial du Jury, Festival de Locarno 2015.Tikkoun nous plonge de manière quasi ethnographique dans le quotidien d’une famille juive ultra orthodoxe… Le père est boucher kasher et son métier est marqué tout autant que la vie de son fils par des rituels inflexibles, en l’occurence ceux qui accompagnent l’abattage des bêtes selon les préceptes de la Torah. Pendant ce temps Haïm Aaron se rend chaque jour dès l’aurore à la yeshivah, étudiant toute la journée les textes sacrés après avoir fait ses ablutions. Dans ce monde très masculin, où la recherche spirituelle exclut les conversations trop prosaïques, les plaisirs, même les plus simples, sont de fait exclus : profiter par exemple d’un bain de soleil est considéré comme un péché. Haïm Aaron mène ainsi…

Lire la suite

Vengeresse.jpg

La Vengeresse

Film d’animation de Bill Plympton et Jim Lujan.Youhou ! Voilà le retour du cinéaste d’animation le plus cinglé, le plus indépendant, le plus délibérément américain que le monde des petits bonshommes qui bougent ait jamais connu, j’ai nommé Bill Plympton, grâce auquel on ne voit pas le temps passer. Son cinéma nous paraît tellement drôle, tellement enlevé, tellement libre qu’on n’arrive pas à croire que le bougre a déjà sept décennies et quarante ans de carrière ! Cette fois le jeune Plympton s’est acoquiné avec un gamin surdoué de 45 ans, Jim Lujan, et ce duo d’enfer nous offre un vrai festival pétaradant de pépées incendiaires aux formes exagérément protubérantes, de méchants caricaturaux, de sales gueules invraisemblables tout droit sorties de pénitenciers réservés aux serial killers,…

Lire la suite

Taxi-Teheran.jpg

Taxi Téhéran

Écrit et réalisé par Jafar Panahi - Ours d’Or, Festival de Berlin 2015.C’est un magnifique et allègre bras d’honneur aux barbus barbons barbants. Les BBB (c’est plus court comme ça), ce sont les mollahs du régime iranien et leurs fonctionnaires zélés qui ont tenté par tous les moyens de faire taire le réalisateur Jafar Panahi. En 2010, les autorités l’ont d’abord emprisonné puis, après l’avoir libéré, lui ont interdit toute sortie du territoire et surtout ont essayé de l’empêcher de tourner. Mais on ne peut pas interdire à un être humain de respirer et durant les cinq dernières années, Panahi a naturellement désobéi en tournant clandestinement trois films, montrés dans les plus grands festivals internationaux. Taxi Téhéran fut projeté au Festival de Berlin où il reçut à l’unanimité du jury…

Lire la suite

Adieu-Falkenberg.jpg

Adieu Falkenberg

Un film de Jesper Ganslandt.« On prétend qu’il faut toujours regarder de l’avant. Anticiper. Moi je continue de songer au passé. Je garde l’image des enfants que nous étions. À l’intérieur je n’ai pas changé. C’était la dernière chance de capturer cela avant que ça n’ait disparu. Je ne voulais pas attendre qu’on soit vieux pour faire un film. Nous nous sommes dit qu’on pouvait tout aussi bien le faire maintenant. Avec les authentiques protagonistes, au lieu d’acteurs se faisant passer pour de vrais gens. Je veux contempler la vie de tous les jours, pas une version enjolivée par les artifices habituels au cinéma. » Jesper GanslandtDernier été à Falkenberg… Alors que la petite bourgade Suédoise est baignée de soleil, et que les journées se déroulent au rythme tranquille des grasses matinées,…

Lire la suite

The-Tribe.jpg

The Tribe

Écrit et réalisé par Myroslav Slaboshpytskiy (Grand Prix de la Semaine de la Critique, Festival de Cannes 2014). En langue des signes volontairement non sous-titrée.C’est un pari fou de cinéma. Un pari tenu au-delà de tout pronostic, de toute attente, qui fait de ce film une véritable révélation, une expérience à nulle autre pareille de radicalité productive, d’audace exaltante. Vous n’entendrez aucun dialogue dans The Tribe puisque tous les personnages – et les acteurs qui les interprètent – ou presque sont sourd-muets et s’expriment en langage des signes, que le jeune réalisateur a choisi de ne pas sous-titrer. Et c’est bien là que réside le coup de génie car ce choix, qui peut être déconcertant au premier abord, nous amène à nous concentrer sur l’étonnant et fascinant ballet des regards…

Lire la suite

Nahid.jpg

Nahid

Écrit et réalisé par Ida Panahandeh.Pour faire référence à un film iranien qui a connu un succès retentissant, on peut sans tricher dire que Nahid s’inscrit dans la droite ligne de Une séparation, d’Ashgar Farhadi. Dans Une séparation, on suivait le divorce douloureux et contrarié de Nader et Simin, une rupture dans laquelle venait interférer le combat de Reza, une femme de ménage accusant Nader de l’avoir violemment bousculée au point de compromettre sa grossesse. Cette femme de ménage était incarnée par une actrice exceptionnelle, Sareh Bayat, qui tient justement le rôle principal de Nahid ! Mais contrairement au film de Farhadi, où les personnages principaux appartenaient à un milieu plutôt aisé, Nahid est une jeune mère divorcée qui vit dans un petit port de la mer Caspienne et se…

Lire la suite

Mekong-stories.jpg

Mekong Stories

Écrit et réalisé par Phan Dang Di.Vietnam, au début des années 2000. L’Etat lutte contre la crise économique et la surpopulation. Originaire de la campagne, Vu, 20 ans, débarque à Saïgon pour étudier la photographie. Il loue une chambre dans une maison au bord du fleuve, partagée avec deux amis, Thang, serveur dans une boîte de nuit, qui vit de petits trafics, et Cuong, chanteur de rue. Armé d’un nouvel appareil photo offert par son père, Vu part à la découverte des environs. Le jeune homme est vite attiré par le séduisant Thang. Avec lui, il découvre le monde de la nuit et fait bientôt la rencontre de Van, une jeune femme qui rêve de devenir danseuse de ballet.Avoir 20 ans à Saïgon au début des années 2000, c’était l’âge des possibles à plus d’un titre : la récente levée de l’embargo…

Lire la suite

Citoyen-d_honneur.jpg

Citoyen d'honneur

Un film de Mariano Cohn et Gaston Duprat.Inclassable ! Dès qu’on essaie de l’enfermer dans une case, ce film rebondit tout comme son personnage principal. Drôle et cynique sont les premiers mots qui viennent instantanément, mais ils restent bien insuffisants. Les réalisateurs n’ont visiblement aucune envie de brosser leurs spectateurs dans le sens du poil et c’est parfaitement réjouissant : c’est donc avec un plaisir sans partage qu’on se laisse embarquer dans leur univers déboussolant. Première mise en bouche amusée et grotesque : Daniel Mantovani se voit attribuer en grande pompe l’inestimable Prix Nobel de Littérature. Les spectateurs semblent écrasés par l’ambiance d’un somptueux théâtre paré de rouge profond, d’ors vieillissants et de vert antique. Devant la prestigieuse assemblée,…

Lire la suite

Monstre-a-mille-tetes.jpg

Un monstre à mille têtes

Un film de Rodrigo Pla (Prix du Public, Festival de Biarritz 2015).Le « monstre à mille têtes », c’est le libéralisme sans frein et et ses conséquences, c’est le système kafkaïen qu’il met en place, c’est la nouvelle bureaucratie de l’argent qu’il instaure. Rodrigo Pla, comme dans l’excellent La Zona qui nous l’a révélé (disponible aussi en Vidéo en Poche), s’attaque bille en tête au monstre, et c’est aussi rageur que captivant. Rodrigo Pla et sa scénariste ont été inspirés par le documentaire canadien The Corporation, qui décrivait l’action criminelle des multinationales (en particulier les sociétés pharmaceutiques ou liées à la santé) contre l’intérêt des citoyens. La mise en scène remarquablement rythmée et tendue renforce le propos. Elle oppose la course effrénée de Sonia à la froideur…

Lire la suite

Pursuit-of-loneliness.jpg

Pursuit of loneliness

Écrit et réalisé par Laurence Thrush (dont on vous propose déjà le très beau De l’autre côté de la porte).A Los Angeles, une femme âgée meurt anonymement dans un hôpital. À partir de là, quatre personnages sont les piliers de l’intrigue : une infirmière, une assistante sociale, une voisine – indiquée comme personne à contacter en cas d’urgence sur le formulaire d’admission – et un enquêteur des services publics. Tous partent à la recherche du plus proche parent de la défunte, on les suit durant les 24 heures suivantes. Le réalisateur Laurence Trush s’est plus d’une fois étonné de la population de la cité des anges souvent renouvelée, de ces nouveaux arrivants toujours désireux de venir s’installer dans cette ville où il réside lui-même. Un renouvellement incessant qui a son pendant…

Lire la suite

Client.jpg

Le Client

Écrit et réalisé par Asghar Farhadi (Festival de Cannes 2016 : Prix du scénario et Prix d’interprétation masculine pour Shahab Hosseini).Mystères de la traduction : le titre persan « forushande » signifie « le vendeur » et le film sortira en France sous le titre « le client »… Pas essentiel sans doute, mais garder en tête le sens du mot persan permet de mieux comprendre les ponts que Farhadi jette entre son histoire et la pièce de théâtre que jouent ses protagonistes… Emad et Rana sont en effet comédiens et on entre dans leur intimité au moment où approche la première représentation de La Mort d’un commis voyageur, dans laquelle ils interprètent les rôles principaux du père et de la mère, largement quinquagénaires.Dans la vie en vrai, ils sont bien plus jeunes, sans enfant, avec tout le…

Lire la suite

Abel.jpg

Abel

Écrit et réalisé par Alex Van Warmerdam.Abel, c’est le premier film, longtemps inédit, d’Alex Van Warmerdam, hollandais de son état et allumé de première catégorie, dont on vous proposait déjà Les Habitants, toujours disponible au catalogue. Abel est un grand coup de pied dans la cellulaire fourmilière familiale, un grand éclat de rire jeté à la face de la mesquinerie.Abel est déjà grand, mais il porte toujours des pull-over aux couleurs vives qu’on dirait tricotés par sa maman. Quand commence le film, on se dit qu’il vient tout juste de renoncer au port de la culotte courte au profit du pantalon long, lonlaire… Abel a déjà trente ans mais il vit toujours chez ses parents. Mieux même, ou plutôt pire…, il semble ne jamais sortir de leur appartement. Ce qui réjouit fort sa maman, Colombe,…

Lire la suite

Primer.jpg

Primer

Produit, écrit, réalisé, monté et mis en musique par Shane Carruth - Grand Prix au Festival de Sundance (son dernier film, Upstream Color, sort cet été).Comment présenter Primer ? Là est toute la difficulté tant le film nous entraîne dans un univers labyrinthique, mélangeant science fiction et réalité scientifique. Tentons un résumé : Aaron et Abe sont jeunes, électroniciens et enthousiastes. Aidés de deux collaborateurs, il travaillent sur de nouvelles cartes informatiques lorsque, par accident, ils découvrent que l’une de leurs « boîtes » permet de réduire la masse des objets. Ils échafaudent une théorie : il existerait des échelles temporelles différentes. Pour la vérifier, il vont tenter l’expérience sur eux-mêmes, modifiant ainsi le cours de leur existence.On pourrait donc qualifier…

Lire la suite

Quatre-saisons-d_Espigoule.jpg

Les 4 saisons d'Espigoule

Film de Christian Philibert, avec les habitants du village d’Espigoule.Un conte où « tout n’est pas vrai, mais où rien n’est vraiment faux ». Il serait une fois, perdu quelque part dans les collines du Haut-Var, un village qui s’appellerait Espigoule. Espigoule, dont les habitants résistent à l’invasion de la mélancolie : il y a le poète que personne n’écoute, le tenancier du bistrot, les mémés râleuses, le peintre anarchiste grand spécialiste de la sieste, les joyeux farceurs, le politicien en campagne, le curé farfelu, le cycliste du dimanche, toute une population plus vraie que nature jouée par les authentiques espigoulais. Alors que le commun des « enfants du pays » deviennent généralement manoeuvres, chômeurs ou médecins à la grande ville, l’un d’eux, arrivé à cet âge où l’on voit les…

Lire la suite

Amis-animaux.jpg

Les amis animaux

Programme de courts métrages réalisés par Eva Lindström (pour les enfants à partir de 2 ans).Un trait naïf, une nature luxuriante, des histoires parfois espiègles ou fantastiques… des films pour les tout-petits par une grande illustratrice scandinave. Eva Lindström est une référence en matière de littérature jeunesse. Son style est trés proche du langage pictural des enfants. Avec une bonne dose d’humour elle arrive à transformer les détails de la vie quotidienne en quelque chose de grand et de fascinant. Dans ses histoires, la nature tient souvent une place prépondérante et le fantastique comme le surréel imprègnent fortement son œuvre. Alors ne manquez pas de faire découvrir ce monde merveilleux à vos chers petits, qui ne l’oubliez pas, sont d’une nature bien plus curieuse que nous…

Lire la suite

Comrades.jpg

Comrades

Écrit et réalisé par Bill Douglas (inédit en France, version restaurée)Après la découverte de La Trilogie de l’enfance du britannique Bill Douglas, voici le magistral Comrades, deuxième et ultime œuvre de Douglas (mort d’un cancer en 1991, à 57 ans), restée inexplicablement inédite en France, tout juste diffusée à sa sortie dans un cinéma du West End, pendant six malheureuses semaines. Pourtant Comrades est une fresque historique, sociale, politique d’une originalité, d’une audace sidérantes.Bill Douglas mêle la Grande Histoire, ici celle de l’Angleterre rurale qui subit les contrecoups de la Révolution industrielle, et l’intime. Se croisent les histoires de lutte, d’amour, de famille. Inspiré de l’histoire réelle connue comme celle des « martyrs de Tolpuddle », Comrades nous fait…

Lire la suite

- page 1 de 7