Mot-clé : polar

Jar-City.jpg

Jar City

Un film de Baltazar Kormakur, écrit par Baltazar Kormakur et Arnaldur Indridason, d’après son roman La Cité des Jarres.Pour les amoureux du roman noir, la découverte du polar scandinave fut une révélation. Il y eut d’abord le suédois Henning Mankell et son commissaire Wallander, premier grand choc. Ensuite quelques auteurs talentueux, parmi lesquels le tout aussi suédois Äke Edvardson et son Erik Winter. Et puis, plus récemment, deuxième très grande claque avec l’islandais Arnaldur Indrididason et son Erlendur, entré d’emblée dans le petit cercle de nos (anti)héros polardeux de chevet (on n’oublie pas la folie Millenium, mais celui-là tout le monde en parle). Premier bouquin d’Indridason publié en France, La Cité des jarres s’incarne au cinéma dans un film d’autant plus fidèle à l’univers…

Lire la suite

Black-coal.jpg

Black coal

Écrit et réalisé par Diao Yinan • Ours d’Or du meilleur film, Festival de Berlin 2014 •En 1999, un employé d’une carrière minière est retrouvé assassiné et son corps dispersé aux quatre coins de la Mandchourie. L’inspecteur Zhang mène l’enquête, mais doit rapidement abandonner l’affaire après avoir été blessé lors de l’interpellation des principaux suspects. Cinq ans plus tard, deux nouveaux meurtres sont commis dans la région, tous deux liés à l’épouse de la première victime. Devenu agent de sécurité, Zhang décide de reprendre du service. Son enquête l’amène à se rapprocher dangereusement de la mystérieuse jeune femme… Le récit prend place dans la Chine du passé, entre 1999 et 2004, comme si Diao Yinan voulait prendre ses distances pour mieux parler de l’état de son pays actuellement. Le…

Lire la suite

Braqueur.jpg

Le braqueur (la dernière course)

Réalisé par Benjamin HEISENBERG. Course haletante, rejetant toute psychologie pesante, toute explication réductrice, ce polar est pur mouvement, à la fois glaçant et trépidant. Le film et le roman dont il est adapté s’inspirent d’un fait divers réel qui défraya la chronique à la fin des années 1980. Johann Rettenberger s’appelait Kastenberger, surnommé Pumpgun Ronnie parce qu’il utilisait un fusil à pompe et un masque de Ronald Reagan. Il fut abattu après des dizaines de braquages et après avoir déclenché la plus grande chasse à l’homme de l’histoire de l’Autriche. Johann Rettenberger est un taiseux, un vrai. Il faut dire qu’au début du film, ce braqueur a pour univers un espace d’environ 9m2, généreusement mis à sa disposition par l’administration pénitentiaire. Pas d’amis dans l’univers…

Lire la suite